Sheikh Mouqbil Ibn Haadi Al-Waadi’i répond à une question au sujet du groupe « Hamas »

Publié le par Salafisme

Bismillaih arRahman arRahim   
 
Sheikh Mouqbil Ibn Haadi Al-Waadi’i  répond à une question au sujet du groupe « Hamas »  

Question : Quel est votre opinion au sujet du groupe du « Jihaad Islamique » et au sujet du mouvement de résistance « Hamas » qui sont sur les terres arabes occupées en Palestine?

Réponse : En ce qui concerne le mouvement « Hamas », il ne va pas aider à la victoire de l’Islam. On retrouve parmi les membres de ce groupe des Shi’ahs et des Hizbis Ikhwaanis. Yaassir ‘Arafaat s’est moqué des gens, alors que c’était un agent pour Israël. Puis à la fin, il a vendu la Palestine en faisant ce gouvernement autonome. Si les gouvernements musulmans laissaient faire les musulmans, car ce sont eux qui sont capables de purifier la terre d’Al-Qouds des juifs.

En ce qui concerne le groupe de « Hamas »:

  • c’est un groupe de Hizbiyyah,
  • qui n’ordonne pas le bien et qui n’interdit pas le mal,
  • mais ils ne font que s’attaquer aux gens de la Sounnah.

    Et si jamais ils arrivaient à avoir une victoire, ils feraient ce qu’ils ont fait en Afghanistan, ils se pointeraient les canons et les mitraillettes les uns vers les autres, car ils ne sont pas unis comme un seul cœur.

Tiré du livre Toufatoul-moujiib ‘ala as-ilatil-haadiri wal-ghariib, Jalsatoun ma’a As-Sahafi Al-Almaani, question no.184. 

Texte original en arabe:


سئل الشيخ مقبل رحمه الله كما في تحفة المجيب ص 145:"
ما رأيكم في الجهاد الإسلامي وحركة المقاومة الإسلامية حماس في الأراضي العربية المحتلة في فلسطين
فأجاب رحمه الله تعالى :أما جماعة حماس فهي جماعة حزبية لا تأمر بمعروف ولا تنهى عن منكر
وتنكر على أهل السنة ولو حصل لهم نصر لفعلوا كما فُعل في أفغانستان يوجه بعضهم إلى بعض المدفع والرشاش لأنهم ليسوا على قلب واحد 


------------------------------------------------------------------------

La Fatwa de Mouqbil rentre dans les plans du sionisme...  
 
Analyse de la "fatwa": 

Elle ne contient pas une seule argumentation, ni preuve fondée ou tirée du Coran et/ou de la Sunna, ni une quelconque similitude de réponse avec les savants des époques précédentes. 

Mouqbil, axe sont discours sur l'accusation et le martèlement de son accusation. 

En faisant abstraction de cela, nous nous rendons à l'évidence, que son discours est parfaitement vide d'intérèt. 

Quels sont ses véritables intentions ? 

Mais tout d'abord, prenons connaissances de la parole du Prophète et des compagnons: 

Les gouverneurs seront les pires gens 
"Quand le commandement sera confié à ceux qui n'en sont pas dignes…" (Al-Boukhâri) 


Les déserts seront construits 
"L'Heure ne viendra pas avant que la terre des arabes ne soit couverte de ruisseaux…" (Ahmad, Mouslim, Al-Hâkim) 

"Quand les déserts seront construits et les villes détruites…" (At-Tabarâni) 

Ali Ibn Abi Talib a dit: "Parmi les conditions de l'heure, il y a la multiplication des prédicateurs (khutaba) sur les minbars et la soumission des savants aux gouvernants, si bien qu'ils déclareront interdits ce qui est licite, et déclareront licite, ce qui est interdit et leur donneront des conseils juridiques (Fatwa) conforment à leurs passions".
(Rapporté par Ad-Daylami)
 
"L'heure suprême ne se dressera que lorsque abonderont les troubles. Quels seront ces troubles Ô Messager d'Allah demanda t-on ? "Des massacres, des massacres ! répondit-il". (Muslim). "L'heure suprême ne se dressera pas avant que l'Euphrate ne laisse apparaître un monticule d'or où les gens s'entretueront pour s'en emparer". (Bukhari / Muslim). Ce signe n'est pas encore apparu.
Des sources de la Sédition

Le Prophète a dit : «Mon Seigneur, bénis nos Damascènes, Mon Seigneur, bénis nos Yéménites ! Et nos Nejdites ? Demandèrent quelques-uns des assistants. Mon Dieu, bénis nos Damascènes et nos Yéménites ! Répéta le Prophète.
Et nos Nejdites ?  Il me semble qu'à la troisième fois le Prophète Salla Alayhi wa Salem conclut : «C'est là-bas qu'auront lieu des tremblements de terre et des troubles, et c'est de là que sortira la corne du diable.»    (Bukhari, Tirmidhî)

 - Dans un autre hadîth le Prophète Salla Alayhi wa Sallem dit, en désignant l'orient : «La tête de la mécréance viendra de là où sort la corne du diable.» (Muslim)

 - Le fils de 'Umar entendu l'Envoyé d’Allah prononcer ces mots : «N'est-il pas vrai que les troubles viendront de là où pointe la corne du diable ?», alors qu'il était tourné vers l'orient. (C'est-à-dire vers le Najd dont Ryad est l'actuelle capitale).


L’Égypte, l’Arabie saoudite et 10 000 paramilitaires arabes avec Israël   
 
L’attaque israélienne contre Gaza, est une option préparée de longue date. La décision de l’activer a été prise en réponse aux nominations de l’administration Obama. Les changements stratégiques à Washington sont défavorables aux visées expansionnistes de Tel-Aviv. Israël a donc cherché à forcer la main de la nouvelle présidence états-unienne en la plaçant devant le fait accompli.
Mais pour organiser son opération militaire, Israël a dû s’appuyer sur de nouveaux partenaires militaires, l’Arabie saoudite et l’Égype, qui constituent désormais un paradoxal axe sioniste musulman. Riyad (Arabie Saoudite)finance les opérations, révèle Thierry Meyssan, tandis que Le Caire organise des paramilitaires.

C’est là le point nouveau au Proche-Orient. Pour la première fois, une guerre israélienne n’est pas financée par les États-Unis, mais par l’Arabie saoudite.

L'Arabie Saoudite paye pour écraser le principal mouvement politique sunnite qu’il ne contrôle pas:

Le Hamas. 
  
La dynastie des Séoud sait qu’elle doit anéantir toute alternative sunnite au Proche-Orient pour se maintenir au pouvoir. C’est pourquoi elle a fait le choix du sionisme musulman. 
L’Égypte quand à elle craint une extension via les Frères musulmans de la révolte sociale.

La stratégie militaire reste cependant états-unienne, comme lors de la guerre de 2006 contre le Liban. Les bombardements ne sont pas conçus pour éliminer les combattants, ce qui je l’ai indiqué plus haut n’a pas de sens en milieu urbain, mais de paralyser la société palestinienne dans son ensemble. C’est l’application de la théorie des cinq cercles de John A. Warden III.
En définive, toujours selon Haaretz, Ehud Olmert, Ehud Barack et Tzipi Livni ont pris la décision de la guerre le 18 décembre, c’est-à-dire la veille de l’expiration de la trêve.

Le National Information Directorate a organisé une simulation, le 22 décembre, pour mettre au point les mensonges qui serviraient à justifier le massacre.

L’opération a débuté le 27 décembre de manière à éviter que la papauté puisse s’en mêler. Benoît XVI a néanmoins évoqué dans son message de Noël « un horizon qui semble redevenir sombre pour les Israéliens et les Palestiniens ».

Revenons-en au théâtre d’opération. L’aviation israélienne a préparé le terrain à une pénétration terrestre, laquelle ouvre la voie à des paramilitaires arabes. Selon nos informations, environ 10 000 hommes sont actuellement massés prés de Rafah.

Entraînés en Égypte et en Jordanie, ils sont placés sous le commandement de l’ex-conseiller national de sécurité de Mahmoud Abbas, le général Mohammed Dahlan (l’homme qui organisa l’empoisonnement de Yasser Arafat pour le compte des Israéliens, selon des documents rendus publics il y a deux ans). Ils sont appelés à jouer le rôle qui avait été dévolu à la milice d’Elie Hobeika à Beyrouth lorsque les troupes d’Ariel Sharon encerclèrent les camps de réfugiés de Sabra et Chatila.

Cependant, la troïka sioniste hésite à lancer ses « chiens de guerre » tant que la situation militaire à l’intérieur de la bande de Gaza reste incertaine.

Depuis deux ans, de nombreux résistants palestiniens ont été formés aux techniques de guérilla du Hezbollah. Bien qu’ils soient en théorie dépourvus des armes nécessaires à ce type de combat, on ignore quelles sont leurs capacités exactes.

Une défaite au sol serait une catastrophe politique pour Israël après la défaite de son armée de terre au Liban, en 2006, et de ses instructeurs en Géorgie, en 2008. Il est toujous possible de retirer rapidement ses blindés de Gaza, il n’en sera pas de même pour retirer des paramilitaires arabes.

L’Union européenne a appelé à une trêve humanitaire. Israël a répondu que cela n’était pas nécessaire car il n’y avait pas de crise humanitaire nouvelle depuis le début des bombardements. Pour preuve de sa bonne foi, le soi-disant « État juif » a laissé pénétrer quelques centaines de camions d’aide alimentaire et médicale… pour 1 400 000 habitants.

Dans chacune des guerres qu’Israël a conduit en violation du droit international, une avant-scène diplomatique a été organisée pour lui permettre de gagner du temps, tandis que les Etats-Unis bloquent toute résolution du Conseil de sécurité.

En 2006, c’était Romano Prodi et la conférence de Rome. Cette fois, c’est le président français, Nicolas Sarkozy, qui produit le divertissement. Il a annoncé qu’il consacrerait deux jours de son précieux temps pour régler un problème où les autres ont échoué depuis 60 ans.

Ne laissant guère de doute sur sa partialité, M. Sarkozy a d’abord reçu à l’Élysée la ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, et le leader sunnite saoudo-libanais Saad Hariri, et s’est entretenu par téléphone avec le président égyptien Hosni Moubarak, le président fantoche de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, et le Premier ministre israélien Ehud Olmert.

Publié dans Mouqbil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article